Collaborative Study Urges Decision-Makers to Address First Nations Food Insecurity and Sovereignty

    You can use your smart phone to browse stories in the comfort of your hand. Simply browse this site on your smart phone.

    Using an RSS Reader you can access most recent stories and other feeds posted on this network.

    SNetwork Recent Stories

Collaborative Study Urges Decision-Makers to Address First Nations Food Insecurity and Sovereignty

by pmnationtalk on October 21, 202124 Views

COLLABORATIVE STUDY URGES DECISION-MAKERS TO ADDRESS FIRST NATIONS FOOD INSECURITY AND SOVEREIGNTY

(Ottawa, ON) – The Assembly of First Nations (AFN) is pleased to announce the release of the Key Findings and Recommendations for Decision-makers of the First Nations Food, Nutrition and Environment Study (FNFNES). The 10-year study was led by principal investigators and researchers from the AFN, the University of Ottawa and Université de Montréal.

Built on collaborative research with 92 First Nations across the country, the FNFNES highlights that traditional foods remain foundational to First Nations’ health and well-being, and that the quality of traditional food is superior to store bought food. However, due to environmental degradation, socioeconomic, systemic and regulatory barriers, many First Nations face three to five times the rate of food insecurity than the Canadian population overall. Families with children are affected to an even greater degree.

The FNFNES partners urge decision-makers to use the key findings and recommendations, being released the week after World Food Day, to inform policies and programs to address First Nations food insecurity and sovereignty. The six primary recommendations are:

  1. Support initiatives promoting First Nations rights, sovereignty, self-determination, values and culture.
  2. Prioritize protecting the environment, First Nations lands, waters and territories.
  3. Build capacity to eliminate barriers to proper nutrition, reducing food insecurity.
  4. Improve partnerships, collaboration and communication between First Nations and all levels of government, as well as partnerships between First Nations to support sharing information about food, nutrition and the environment.
  5. Support continuing research, education and public awareness.
  6. Create a First Nations-led joint national task force or committee to plan how to implement these recommendations.

“For First Nations, traditional food represents much more than nutrition, it plays important cultural, spiritual and ceremonial roles. There is an urgent need to address systemic problems and barriers relating to First Nations food systems, security and sovereignty in a way that honours First Nations knowledge, leadership and rights. New programs, policies and legislation must be created to protect the environment from further degradation and ensure that First Nations have access to a healthy diet, including traditional food,” says AFN Senior Director of Environment Lands and Water and FNFNES Principal Investigator Tonio Sadik.

“This first of its kind study can only be accomplished because of the strong partnership between the AFN, the government officials and the academic researchers. In particular, we are grateful for the collective wisdom of the nearly 7,000 participants and team members from the 92 communities throughout the country over the last 10 years. We sincerely hope the findings of FNFNES will contribute to improving the nutritional quality of food and the health of First Nations for generations to come,” says Dr. Laurie Chan, FNFNES principal investigator, University of Ottawa professor and Canada Research Chair in Toxicology and Environmental Health.

“This participatory research was possible because it emanated from a need expressed by First Nations to shed light on the nutrition and environmental situation in their communities. First Nations face disproportionate challenges in terms of access to healthy, culturally relevant food. FNFNES points to the need for guaranteeing improved access to traditional food which has a potential role in countering the rise in chronic disease and combating food insecurity,” says Dr. Malek Batal, FNFNES principal investigator, professor in the Nutrition Department of the Faculty of Medicine of Université de Montréal, and Canada Research Chair in Nutrition and Health Inequalities.

Studies like the FNFNES can support First Nations to make informed decisions about nutrition, the environment and environmental stewardship, lead to further research and advocacy safeguarding First Nations’ rights and jurisdiction and provide a baseline for measuring environmental changes.

Now complete, the FNFNES identified areas needing further study. Its core partners are collaborating on another multi-year research project called the Food, Environment, Health and Nutrition of First Nations Children and Youth (FEHNCY) study. Like the FNFNES, this study is being funded by Indigenous Services Canada’s First Nations and Inuit Health Branch.

Review the following on the FNFNES website:

The AFN is the national organization representing First Nations people in Canada. Follow AFN on Twitter @AFN_Updates.

―30―

For more information please contact:

AFN
Lori Kittelberg
Communications Officer
Assembly of First Nations
604-340-3117 (mobile)
[email protected]

University of Ottawa
Dr. Laurie Chan
FNFNES Principal Investigator
Professor and Canada Research Chair in Toxicology and Environmental Health 613-562-5800 ext 7116
[email protected]

Université de Montreal / Bilingual interview contact Dr. Malek Batal
FNFNES Principal Investigator
Canada Research Chair in Nutrition and Health Inequalities (CIENS), Professor and Director
WHO-Collaborating Centre on Nutrition Changes and Development (TRANSNUT)
Nutrition Department
514-343-6111 poste 35177
[email protected]


UNE ÉTUDE COLLABORATIVE EXHORTE LES DÉCIDEURS À SE PENCHER IMMÉDIATEMENT SUR LES PRÉOCCUPATIONS DES PREMIÈRES NATIONS EN MATIÈRE D’INSÉCURITÉ ALIMENTAIRE ET DE SOUVERAINETÉ

(Ottawa, ON) – L’Assemblée des Premières Nations (APN) a le plaisir d’annoncer la publication des Principales conclusions et recommandations à l’intention des décideurs issues de l’Étude sur l’alimentation, la nutrition et l’environnement chez les Premières Nations (EANEPN). L’étude, d’une durée de 10 ans, a été menée par des responsables de la recherche et des chercheurs de l’APN, de l’Université d’Ottawa et de l’Université de Montréal.

Fruit d’une recherche collaborative parmi 92 Premières Nations de tout le pays, l’EANEPN souligne que les aliments traditionnels demeurent essentiels à la santé et au bien-être des Premières Nations, et que la qualité des aliments traditionnels est supérieure à celle des aliments achetés en magasin. Cependant, en raison de la dégradation de l’environnement et d’obstacles socioéconomiques, systémiques et réglementaires, de nombreuses Premières Nations sont confrontées à un taux d’insécurité alimentaire de trois à cinq fois supérieur à celui de l’ensemble de la population canadienne. Les familles avec enfants sont encore plus touchées.

Les partenaires de l’EANEPN invitent les décideurs à s’inspirer des principales conclusions et recommandations, publiées la semaine suivant la Journée mondiale de l’alimentation, en vue d’influencer les politiques et les programmes visant à lutter contre l’insécurité alimentaire et la souveraineté des Premières Nations. Les six principales recommandations sont les suivantes :

  1. Soutenir les initiatives visant à promouvoir les droits, la souveraineté, l’autodétermination, les valeurs et la culture des Premières Nations.
  2. Donner la priorité à la protection de l’environnement, des terres, des eaux et des territoires des Premières Nations.
  3. Renforcer les capacités afin d’éliminer les obstacles à une saine nutrition, en réduisant l’insécurité alimentaire.
  4. Améliorer les partenariats, la collaboration et la communication entre les Premières Nations et tous les ordres de gouvernement, ainsi que les partenariats entre les Premières Nations pour favoriser le partage d’informations sur l’alimentation, la nutrition et l’environnement.
  5. Soutenir la recherche continue, l’éducation et la sensibilisation du public.
  6. Créer un groupe de travail national conjoint dirigé par les Premières Nations, ou un comité, pour planifier la mise en œuvre de ces recommandations.

Pour les Premières Nations, l’alimentation traditionnelle représente bien plus que la nutrition, et joue un rôle important sur les plans culturel, spirituel et cérémoniel. Il est urgent de s’attaquer aux problèmes et aux obstacles systémiques liés aux systèmes alimentaires, à la sécurité et à la souveraineté des Premières Nations d’une manière qui honore les connaissances, le leadership et les droits des Premières Nations. Il faut créer de nouveaux programmes, de nouvelles politiques et de nouvelles lois pour protéger l’environnement de toute dégradation supplémentaire et faire en sorte que les Premières Nations aient accès à une alimentation saine, y compris à des aliments traditionnels », déclare Tonio Sadik, directeur principal de l’environnement, des terres et de l’eau à l’APN et l’un des responsables principaux de la recherche dans le cadre de l’EANEPN.

Cette étude, la première du genre, n’a pu être réalisée que dans le cadre d’un solide partenariat entre l’APN, des représentants du gouvernement et des chercheurs universitaires. En particulier, nous sommes rendons hommage à la sagesse collective de près de 7 000 participants et membres d’équipes de 92 collectivités dans tout le pays au cours des 10 dernières années. Nous espérons sincèrement que les résultats de l’EANEPN contribueront à améliorer la qualité nutritionnelle des aliments et la santé des Premières Nations pour les générations à venir », déclare Laurie Chan, responsable principale de la recherche dans le cadre de l’EANEPN, professeur à l’Université d’Ottawa et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en toxicologie et en santé environnementale.

Cette recherche participative a été possible parce qu’elle émanait d’un besoin exprimé par les Premières Nations de faire la lumière sur la situation nutritionnelle et environnementale de leurs communautés. Les Premières Nations font face à des défis disproportionnés sur le plan de l’accès à une alimentation saine et culturellement pertinente. L’EANEPN met en évidence la nécessité de garantir un meilleur accès aux aliments traditionnels, qui peuvent jouer un rôle dans la lutte contre l’augmentation des maladies chroniques et l’insécurité alimentaire », explique Malek Batal, responsable principal de la recherche dans le cadre de l’EANEPN, professeur au Département de nutrition de la Faculté de médecine de l’Université de Montréal et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en nutrition et inégalités en matière de santé.

Des études comme l’EANEPN peuvent aider les Premières Nations à prendre des décisions éclairées en matière de nutrition, d’environnement et de gestion de l’environnement, mener à d’autres recherches et à des activités de défense des droits et des compétences des Premières Nations, et servir de référence pour mesurer les changements environnementaux.

Maintenant terminée, l’EANEPN a déterminé les domaines nécessitant des recherches plus approfondies. Ses principaux partenaires collaborent à un autre projet de recherche pluriannuel appelé Étude sur l’alimentation, l’environnement, la santé et la nutrition des enfants et des jeunes des Premières Nations (EAESNEJPN). Tout comme la EANEPN, cette nouvelle étude est financée par la Direction générale de la santé des Premières Nations et des Inuits de Services aux Autochtones Canada.

Consultez les éléments suivants sur le site web de l’EANEPN :

L’APN est l’organisation nationale qui représente les citoyens des Premières Nations au Canada.
Suivez l’APN sur Twitter : @AFN_Updates.

―30―

Pour plus d’informations :

APN
Lori Kittelberg
Agente des communications
Assemblée des Premières Nations
604-340-3117 (mobile)
[email protected]

Université d’Ottawa
Laurie Chan
Responsable principale de la recherche dans le cadre de l’EANEPN
Professeur et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en toxicologie et en santé
environnementale
613-562-5800, poste 7116
[email protected]

Université de Montréal / Informations en anglais ou en français Malek Batal
Responsable principal de la recherche dans le cadre de l’EANEPN
Chaire de recherche du Canada sur la nutrition et les inégalités en matière de santé (CIENS),
professeur et directeur du Centre collaborateur de l’OMS sur la transition nutritionnelle et le
développement (TRANSNUT)
Département nutrition
514-343-6111, poste 35177
[email protected]

Send To Friend Email Print Story

Comments are closed.

NationTalk Partners & Sponsors Learn More